Baisse des taux : racheter ou renégocier son prêt immobilier ?

Avec la nouvelle baisse des taux immobiliers amorcée par les banques, une nouvelle fenêtre d’’opportunité s’ouvre si vous avez souscrit un crédit à des conditions moins avantageuses que celles proposées aujourd’hui.

Deux choix possibles : renégocier le taux de son crédit en restant dans la même banque ou s’’adresser à une autre banque dans le cadre d’un rachat de crédits. Dans les deux cas, l’opération n’est viable qu’à condition que l’’écart de taux entre l’’ancienne et la nouvelle offre soit suffisant pour couvrir les coûts engendrés.

Plus simple que le rachat de crédit, qui réclame un changement de banque, la renégociation reste toutefois conditionnée à l’accord de la banque initiale. Et les grands réseaux bancaires s’avèrent moins volontaires que l’an passé pour « réaménager » les prêts immobiliers.

Les banques font un « effort » de renégociation pour fidéliser des clients stratégiques. Un taux moins bas est proposé qu’en cas de rachat par la concurrence.

Les banques limitant les renégociations, cela pousse les emprunteurs à changer de banque en effectuant un rachat : une opération plus coûteuse que la simple renégociation qui implique un écart de taux suffisant pour rendre l’opération pertinente.

Dans les faits, un écart de 0,70 point de taux peut parfois pour couvrir les indemnités de remboursement anticipé que prévoit le contrat de la banque prêteuse, les frais  liés à la garantie du prêt immobilier et les frais de dossier ou de courtage.

Conclusion : un nouveau crédit doit permettre à l’emprunteur de réduire le coût global de son prêt. L’économie réalisée varie selon le choix de l’emprunteur : baisser la durée du prêt ou diminuer les mensualités.

Par Philippe SCHMITT

< Liste des articles